“Lorsqu’Isabelle m’a personnellement proposé ce projet, j’avoue que mon cœur de femme s’est mis à battre très fort mais la raison rigide et craintive de l’éditrice a bien failli lui répondre simplement "Non, désolée, je n’ai pas de collections qui puissent intégrer ce genre de projet".”

Ce Matin est venu, il y a trois mois, troubler ma tranquillité d’éditrice indépendante qui vit sa passion en parfaite exclusion du monde médiatique et du calendrier littéraire, loin des mondanités. S’il y a des questions que je ne me pose pas, c’est bien quand est-ce qu’un livre doit sortir, quel sujet proposer, quel public atteindre.

"Je suis lasse de tous ces monarques Pique, Coeur, Trèfle, Carreau, Qui veulent qu’on les remarque En promettant le bonheur, Par monts et par vaux"

*

Néanmoins, non loin de la rentrée, le 30 septembre, paraitra dans la collection jeunesse, Ce Matin, une publication novatrice composée comme une partition par deux artistes, Isabelle Provost et Florence Launay.

Isabelle, auteur de livres destinés à la jeunesse depuis quelques années au sein de plusieurs maisons d’édition, a choisi les Editions Rêve d’Enfant certainement pour son caractère un tantinet révolutionnaire et audacieux, et son désir pleinement assumé de promouvoir d’autres courants.

“Lorsqu’Isabelle m’a personnellement proposé ce projet, j’avoue que mon cœur de femme s’est mis à battre très fort mais la raison rigide et craintive de l’éditrice a bien failli lui répondre simplement "Non, désolée, je n’ai pas de collections qui puissent intégrer ce genre de projet".”

Je n’avais alors rien vu. Aucune maquette, aucun texte, juste écouté attentivement une présentation orale comme un auteur sait si bien les faire pour me séduire et me convaincre.

L’éditrice doute, attend, projette, s’interroge, fouille le passé littéraire de l’auteur. Je restais sur mes positions et puis... Je réfléchis. Entre dans son univers, sa vie.

Isabelle avait participé deux années de suite à Lettres d’Amours et sa simplicité, sa douceur avait naturellement charmé les membres du comité. Ne pas publier ses textes aurait été comme passer à côté de l’essentiel. Passionnée d’écriture et de littérature aux désirs proches du surréalisme, _ oserai-je dire un tantinet mégalomane, les railleries, les critiques plus ou moins pertinentes qui ont jalonné mon parcours et affecté mon discernement sont réapparues telles des résurgences viscérales :

" Lettres d’Amours, c’est banal !" "Il faut être complètement introverti pour participer à un tel projet..." »

Commentaires que j’avais entendus, lus, assimilés comme vérités, sur différents sites ou blogs ou dans les yeux de certaines personnalités, amis ou journalistes en contradiction avec les commentaires des participants, la joie sur leur visage et les émotions qu’ils avaient vécues.

Ce matin, j’ai le coeur léger L’air guilleret, L’envie de siffloter

*

Le travail, la persévérance, l’humilité, l’envie de vivre une aventure, à mon sens, l’essentiel de la littérature.

Isabelle était là, présente, respectueuse, avec volonté, plaisir. La confiance entre l’auteur et l’éditeur s’est imposée comme un élément naturel incontournable et l’envie d’éditer Ce Matin, guidée sur "ses chemins buissonniers" m’a emportée malgré les premiers retours des journalistes contactés avant de présenter la publication qui ne m’ont pas encouragée, au mieux, certains ont dit : " Bonne chance !", "Bravo !", "Super !", silence avant de rebrousser chemin.

"Qui s’intéressera à des matériaux récupérés convertis en images pour enfant ?"

Isabelle et Florence ont travaillé en parfaite symbiose, et Ce Matin est un livre fin, léger qui m’a obligée à plus de considération, à changer mon appréhension, même si je ne pouvais en aucun cas leur mentir. "Cela va être très dur et il n’est pas certain que le public réponde à vos attentes". Peu de lecteurs et de professionnels du livre s’impliquent dans leur vie professionnelle et osent la différence ; les difficultés financières servant souvent de prétexte.

La collection jeunesse est débutante. Elle fourmille d’envies, de peurs... Néanmoins, la question qui m’interpelle à chaque nouvelle édition, les livres pour enfants doivent-ils user de multiples onomatopées, d’idées reçues, de "Pipi-Caca" en gros titre, comme si les premiers mots devaient être sans intérêt propre, hormis avoir l’avantage d’être "propres" à la consommation ? Je dis non à la facilité. Et aujourd’hui, je suis fière de présenter Ce Matin comme toutes les publications présentes dans la collection jeunesse, une collection riche en apprentissages destinée aux enfants et aux plus grands afin que tout en douceur, ils prennent conscience de leurs forces, de leurs faiblesses, de leurs émotions, de la vie.

"Un jour de pluie" ou l’influence du regard de l’autre. "Mon Roi", "A Gré des Vents", " Dans les Nuages"

Des textes variés, des mots qui chantent amour, respect, fantaisie, fraîcheur ; une collection comme un voyage au cœur de l’humain, un souffle de bonheur qui allie esthétisme et intérêt pédagogique, le mieux serait de me taire et de vous laisser les écouter murmurer.

 

 

Interview d’Isabelle Provost et Florence Launay :

JPEG - 1 Mo
 
Isabelle Provost 
© ERE

1 Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Notre rencontre s’est faite sur le net en 2012 suite à une participation au projet « tandem jeunesse » proposant des rencontres virtuelles entre auteurs et illustrateurs pour créer des textes illustrés. Florence : Parmi les textes proposés, je retiens celui d’Isabelle. J’en apprécie le côté « fantastique » et légèrement décalé. Isabelle : Lorsque je découvre le travail de Florence, il m’interpelle, me questionne… il ne me laisse pas indifférente, il est si différent justement ! Nous ne travaillons pas sur le texte proposé dans le cadre du tandem, mais j’écris rapidement une autre histoire à Florence, des mots que je pense plus proches de sa sensibilité que j’ai envie d’explorer. Si notre rencontre est initialement uniquement professionnelle, elle devient rapidement amicale et complice. Depuis, nous échangeons beaucoup et nos créativités se mêlent, se complètent, se répondent…

2 Comment avez-vous écrit « Ce matin » ?

JPEG - 177.4 ko
 
Florence Launay 
© ERE

Isabelle : Sous forme de ricochets. Nous nous sommes envoyé à l’une des textes, à l’autre des images. Ils ont fait leur chemin dans l’esprit de chacune. Isabelle écrit librement et sans directive à partir d’une peinture de Florence et inversement. Tout naturellement, les mots sont devenus des images, les images sont devenus des mots.

La seule contrainte que nous nous sommes imposée a été le mot « matin ». Nous voulions que chaque couple texte / illustration puisse être un commencement, une ouverture sur la vie…

3 Quel est le sujet qui attise le plus votre créativité personnelle ?

Une forme de poésie dans les petits riens du quotidien, la rêverie, l’insolite et l’humour. Les relations humaines avec la différence et la singularité de chacun d’entre nous, nos bonheurs, nos peines… La vie !

4 Avez-vous rencontré des difficultés dans la composition de « Ce matin » ?

Des doutes, des questionnements souvent ; du plaisir, beaucoup ; des difficultés, jamais. Les échanges se sont faits avec une parfaite fluidité et une belle harmonie.

5 L’ouvrage est une publication originale, plutôt novatrice, quel public souhaitez-vous atteindre ?

Nous souhaiterions faire découvrir la poésie et la peinture autrement, simplement ; toucher le coœur des lecteurs. Nous aimerions que, enfants, adolescents ou adultes soient surpris, interpellés, curieux ; qu’ils sourient, s’interrogent, éprouvent du plaisir. Nous espérons qu’ils prendront cet ouvrage comme une gourmandise et qu’ils garderont cette petite touche douce et sucrée, parfois acidulée voire amère que nous avons parsemée au fil des pages.

6 Que retenez-vous de cette expérience de travail ?

L’importance du respect, de l’écoute et de la complicité pour faire un travail de qualité. La joie du partage de passions communes pour le livre, le plaisir de la surprise, de l’inattendu.

7 Allez-vous continuer à travailler ensemble ? Des infos sur la suite, un prochain livre ?

Oui, nous avons très envie de continuer à travailler ensemble ! Nous avons d’ailleurs des projets en cours dont « Le fileur d’étoiles », un ouvrage sur la quête du bonheur qui devrait sortir aux éditions Rêve d’Enfant prochainement…

8 Où peut-on découvrir le reste de votre travail ?

Florence :

Sur mon book www.Florence-launay.book.fr

A la galerie Les Pouces-pieds : " Les Pouces-pieds, petit lieu d’exposition d’artistes "insolites" du grand Ouest, propose des œuvres à la fois ludiques, poétiques et sensibles. Chaque artiste travaille à partir de sa matière de prédilection : métal, peinture, papier, bois ou terre. Le recyclage de matériaux et le détournement d’objets sont au cœur de la démarche créative du collectif. Cet atelier-galerie est l’occasion d’une rencontre directe entre les artistes et les amateurs d’art en toute simplicité" http://galerielespoucespieds.unblog.fr

Isabelle :

Sur mon blog http://paysagesisap.blogspot.fr Et je devrais participer à différents salons du livre en 2014… A suivre !

Florence, Isabelle et l’équipe des Editions Rêve d’Enfant, vous donnent rendez-vous le 30 septembre.

*Les citations sont extraites de la publication.

 

Acheter les livres d'Isabelle et de Florence Launay, http://www.editions-reve-d-enfant.fr/?q=isabelle+provost